Creation Vinium

Actualités

Samedi 13 Novembre 2015
MILLÉSIME 2015
2015, l'année estivale

Le climat

Après un hiver normal, le printemps et l'été sont exceptionnels. De mars à août, six mois d'affilé au-dessus des températures de saison, cinq mois de suite avec des pluies inférieures à la moyenne, la Bourgogne tient son année solaire. 2015 restera l'année du classement au patrimoine mondial de l'UNESCO et l'année avec un été fabuleux. Avec 315 heures d'ensoleillement, juillet est un mois record !

Le cycle de la vigne

Le vignoble est resplendissant sur l'ensemble de la saison. Les pluies sont rares mais elles sont bien en cadence avec les étapes importantes de la physiologie de la vigne. Débourrement éclair, floraison explosive, puis à la mi-juin une belle et longue journée de pluie arrive idéalement après la fleur pour bien alimenter les jeunes grains. En juillet, mois le plus sec, la vigne souffre un peu, la croissance s'arrête. Les raisins vont être d'une grande intensité. Dans les grands terroirs secs et caillouteux, l'enracinement profond de la vigne lui permet tout de même de trouver un peu d'humidité dans l'argile. En août, l'été redevient plus « Bourguignon » avec l'habituelle alternance de belles périodes ensoleillées de plusieurs jours et de belles averses.

Les vignes sont tenues au carré, les sols travaillés pour que l'herbe ne concurrence pas la vigne en eau, le jardinage est plus facile dans ces conditions excellentes.

La charge en raisin est très modérée, c'est la conséquence des millésimes précédents où les conditions ont mis à l'épreuve le vignoble qui n'a pas pu recharger ses réserves à 100%.

La maturation et la vendange

Les raisins profitent parfaitement des pluies d'août, la terre bien travaillée laissant pénétrer la pluie. La véraison se fait en quelques jours, les pinots sont très colorés, sans aucun signe de surmaturation.

Les rendements finaux seront très modérés, une combinaison de la sortie de raisins modérée, et d'un été sec. Ceci sera aussi un facteur très important dans la qualité globale du millésime, dans l'intensité des vins.

Le chardonnay est lui aussi à maturité idéale. Les chiffres de la maturité sont exceptionnels : il faut remonter à 2005, 1999, 1990, 1976, 1959, 1947 et 1934 pour trouver des données chiffrées comparables. Point remarquable de la vendange au Domaine Louis Latour, c'est dans le Corton Charlemagne que les premiers coups de sécateurs sont donnés. Ceci n'arrive que les années de grande maturité, pour préserver de la fraicheur.

Pas un seul passage pluvieux pendant la vendange, les pinots sont ramassés dans la facilité avec rapidité, pas de tri, le fruit est parfait. Corton, Côte de Beaune, Côte de Nuits, l'enchainement d'un secteur à l'autre se fait dans les mêmes conditions.

La vinification

Dès la macération pré-fermentaire, les jus sont de vrais délices fruités. Les fermentations sont vigoureuses, la température est bien maitrisée pour profiter d'une longue montée en température, les vins rapidement colorés présentent des tanins soyeux. Jusqu'à la mise en fût, la douceur et le fruit dominent. Placés en fût, dont une grande proportion de fûts neufs, les vins rouges vont progressivement combiner leurs tanins à ceux du bois. Les tanins deviennent plus ferme, les vins se referment, dans combien de temps seront-ils à leur apogée ? 20 - 30 - 40 ans ? De belles dégustations en perspective...

Par Boris Champy, Directeur du Domaine Louis Latour